James P. Cannon sur les bombardements d'Hiroshima et de Nagasaki: «Une atrocité innommable»

15 août 2020

En commémoration du 75e anniversaire des bombardements atomiques des villes japonaises d'Hiroshima et de Nagasaki par les États-Unis, les 6 et 9 août 1945, le World Socialist Web Site publie un discours prononcé par James P. Cannon, le fondateur du mouvement trotskyste américain, lors d'une réunion tenue à New York deux semaines après les bombardements, le 22 août. Cette réunion avait été convoquée pour marquer le cinquième anniversaire de l'assassinat, le 21 août 1940, de Léon Trotsky, co-chef de file de la révolution russe avec Vladimir Lénine et fondateur de la Quatrième Internationale, aux mains d'un assassin stalinien à Mexico.

Au début du XXe siècle, Cannon (1890-1974) avait été organisateur de l'IWW et membre du Parti socialiste américain avant de devenir cofondateur du Parti communiste américain en 1919. En 1928, en tant que délégué au sixième congrès de l'Internationale communiste à Moscou, il a fait sortir clandestinement la critique de Trotsky sur le projet de programme du Comintern et a déclaré son soutien à la lutte de Trotsky contre la bureaucratie stalinienne, initiant ainsi la formation de l'Opposition internationale de gauche. Travaillant en étroite collaboration avec Trotsky lors de son dernier exil au Mexique, Cannon a fondé le Socialist Workers Party en tant que section américaine de la Quatrième Internationale en 1938. Avec 17 autres membres du SWP, il fut emprisonné en 1944 pour avoir prôné le renversement du gouvernement américain et fut libéré à peine six mois avant de prononcer le discours qui suit. En 1953, Cannon a écrit la «Lettre ouverte» et fondé le Comité international de la Quatrième Internationale pour défendre le trotskysme orthodoxe contre le révisionnisme pabliste, une tendance prostalinienne qui cherchait à liquider la Quatrième Internationale. Malgré son déclin politique ultérieur et son soutien à la réunification avec le Secrétariat uni pabliste en 1963, Cannon a joué un rôle essentiel dans l'histoire du mouvement trotskyste et de la lutte prolongée pour construire un parti révolutionnaire au sein de la classe ouvrière américaine.

Dans son discours du 22 août 1945, défendant l'héritage révolutionnaire de Trotsky, Cannon a dénoncé de façon cinglante les bombardements atomiques comme une atrocité impérialiste. La réaction des trotskystes américains contrastait fortement avec celle du Parti communiste stalinien des États-Unis, des directions syndicales officielles et des petits-bourgeois libéraux de «gauche» de the Nation, qui défendaient tous le crime de guerre des États-Unis.

Il y a cinq ans aujourd'hui, alors que le monde se trouvait dans les profondeurs de la réaction engendrée par la guerre impérialiste, notre grand leader et enseignant, le camarade Trotsky, a péri aux mains d'un assassin stalinien. Nous l'avons alors commémoré comme le grand homme d'idées, non encore reconnu par le monde, mais un homme dont les idées représentaient l'avenir de l'humanité. Aujourd'hui, à l'occasion du cinquième anniversaire de sa mort tragique et prématurée, alors que nous nous trouvons au début de la plus grande crise révolutionnaire de l'histoire du monde, où les pensées et les mots doivent être transformés en actes, nous rendons un hommage reconnaissant à Trotsky en tant qu'homme d'action.

Jemes P Cannon

War and militarismWar CrimesLorsque nous avons célébré le 10e anniversaire de notre parti en 1938, lors d'une grande réunion jubilaire, le camarade Trotsky était l'un des orateurs. Il ne pouvait pas venir à New York, mais il nous a parlé sur un disque phonographique qu'il avait fait pour l'occasion – un salut à notre parti à l'occasion de son 10e anniversaire. Beaucoup d'entre vous ont sans doute entendu ce discours. Vous vous souvenez sans doute qu'il a dit que nous avons le droit de prendre du temps pour célébrer les réalisations passées uniquement pour préparer l'avenir. Dans le même sens, nous pouvons dire que si nous prenons le temps ce soir de commémorer nos nobles et illustres morts, nous le faisons avant tout pour préparer et organiser la lutte des vivants pour l'objectif qu'il nous a indiqué.

Les idées principales de Trotsky, celles pour lesquelles il a vécu et est mort, sont relativement simples. Il voyait le grand problème de la société découlant du fait que l'industrie moderne, qui est nécessairement opérée socialement par de grandes masses de gens, est entravée et limitée par l'anachronisme de la propriété privée et de son exploitation pour le profit privé, plutôt que pour les besoins de la population. Il a constaté que les forces productives modernes ont largement dépassé les barrières artificielles des États nationaux. Ces deux grandes contradictions – la propriété privée des moyens de production et leur exploitation dans un but de profit privé, et l'étouffement de l'industrie dans le cadre obsolète des États nationaux – sont les sources des grands maux de la société moderne: pauvreté, chômage, fascisme et guerre.

Trotsky voyait la seule issue pour l'humanité dans le renversement révolutionnaire du capitalisme dépassé. L'industrie doit être socialisée et fonctionner sur la base d'un plan, pour l'usage et non pour le profit. Les antagonismes nationaux des différents États capitalistes doivent céder la place à une fédération internationale: les États socialistes unis du monde. L'économie socialisée et planifiée peut produire et fournir une abondance pour tous les peuples, non seulement dans un seul pays, mais dans tous les pays. Les nations socialistes séparées, n'ayant pas besoin ou envie d'exploiter les autres, n'ayant pas de conflits sur les marchés, les sphères d'influence et les champs d'investissement, n'ayant pas besoin de colonies pour exploiter et asservir – ces nations socialistes séparées s'uniront nécessairement dans la paix et la coopération sur la base d'une division mondiale du travail. La force d'une nation deviendra la force de toutes, la pénurie d'une nation sera compensée par la pléthore des autres. L'humanité organisera l'échange coopératif de toutes les conquêtes de l'art et de la science pour l'usage de tous les peuples de tous lieux.

Trotsky a enseigné que seuls les travailleurs peuvent provoquer cette transformation révolutionnaire. Seule la classe ouvrière, la seule classe réellement progressiste et révolutionnaire de la société moderne, à la tête de tous les opprimés et des démunis, des exploités et des esclaves, peut réaliser cette grande transformation et cette réorganisation révolutionnaire de la société. Les travailleurs sont la seule classe progressiste, et ils sont la classe la plus puissante en raison de leur nombre et de leur position stratégique dans la société. Tout ce dont les travailleurs ont besoin, c'est de prendre conscience de leurs intérêts historiques et de leur pouvoir, et de s'organiser pour le rendre effectif.

«Pas un parti comme les autres

»

Trotsky a enseigné que cette lutte pour la transformation révolutionnaire du monde, qui est à l'ordre du jour historique en ce moment, nécessite la direction d'un parti. Mais – a souligné le camarade Trotsky – pas un parti comme les autres partis. C'est le message qu'il a adressé à notre réunion du 10e anniversaire: «Pas un parti comme les autres», pas un parti tiède, pas un réformateur, pas un parti qui parle et qui fait des compromis, mais un parti révolutionnaire qui réfléchit et agit. Un parti irréconciliablement opposé au capitalisme sur tous les fronts et à la guerre capitaliste, en particulier. Un tel parti, a-t-il dit, est nécessaire pour mener ce grand assaut contre un système social dépassé.

Les travailleurs du monde entier avaient besoin des idées de Trotsky en 1940. Toutes les conditions matérielles pour la transformation de la société du capitalisme au socialisme avaient depuis longtemps mûri. Ce qui était à la traîne, c'était la conscience et la compréhension des masses des travailleurs et de leurs organisations. Ils avaient besoin des idées de Trotsky lorsqu'il s'est exprimé – la seule grande voix du monde – contre le massacre de la Deuxième Guerre impérialiste. Mais ils n'étaient pas encore prêts, ils n'étaient pas encore correctement organisés, pour comprendre les idées de Trotsky et pour les mettre en pratique.

Les grandes organisations des travailleurs, politiques et industrielles, étaient tombées sous la direction d'hommes qui n'étaient, en fait, pas des représentants des intérêts des travailleurs, mais des agents de la bourgeoisie au sein du mouvement ouvrier. Les partis sociaux-démocrates, les partis communistes du Comintern, qui avaient trahi le communisme et le prolétariat, et les grands syndicats, tous rejetaient le programme révolutionnaire de Trotsky. Ils ont tous soutenu les gouvernements capitalistes, et ces gouvernements ont plongé le peuple dans le chaos sanglant de la guerre.

Trotsky est mort confiant dans la victoire de la Quatrième Internationale, comme il l'a dit dans ce dernier message que nous portons au-dessus de notre plate-forme ce soir. Il est mort confiant en cette victoire, mais sans avoir eu la possibilité de vivre cette victoire et d’y participer.

Nous avons eu six ans de guerre. La guerre qui a été soutenue par les dirigeants syndicaux. La guerre qui a été défendue par les professeurs et les intellectuels. La guerre qui a été bénie par l'église. Et maintenant nous pouvons en compter les résultats. Quels sont les fruits de cette guerre qui, on nous l’avait promis, allait apporter des bienfaits à l'humanité? Regardez l'Europe! Regardez l'Asie! Ou, plus près de chez nous, regardez les usines qui ferment et les longues files d'attente devant les bureaux de chômage, des files qui vont s'allonger et devenir de plus en plus longues, des files dans lesquelles les soldats qui reviennent vont bientôt prendre leur place fatiguée – s'ils reviennent des champs de bataille vivants et capables de marcher.

Sous le capitalisme, les usines fonctionnent à plein régime pour produire les instruments de destruction, mais elles ne peuvent pas rester ouvertes pour produire pour les besoins humains en temps de soi-disant paix. Toute l'Europe, toute la grande Europe cultivée, est un continent de faim et de désespoir, de dévastation et de mort.

Les vainqueurs de Potsdam ont annoncé à l'Europe les fruits de la victoire et de la libération. Ils ont décrété l'éclatement de l'industrie allemande, la plus puissante et la plus productive du continent européen. Ils ont annoncé que le niveau de vie de l'Allemagne industrialisée, l'atelier de l'Europe, ne peut être supérieur à celui des États agricoles arriérés et dévastés. Non pas pour élever le plus bas au niveau du plus haut, mais pour entraîner les pays les plus élevés et les plus développés et cultivés au niveau des pays les plus bas et les moins développés: tel est le programme explicite des artisans de la soi-disant paix. Tel est le programme pour l'Europe.

Et quels sont les résultats en termes d'êtres humains? J'ai lu une dépêche dans le New York Times d'aujourd'hui, en provenance de Francfort. Il s'agit d'un article d'information désinvolte et prosaïque dont je cite une référence à un rapport officiel sur la situation dans cette région. «Les chiffres», dit le correspondant du Times, «montrent que le consommateur moyen dans cette zone vit avec 1100 à 1300 calories par jour, alors que la ration de l'armée est de 3600.» Moins d'un tiers de la nourriture estimée nécessaire par l'armée pour maintenir les soldats à un niveau d'efficacité est allouée au peuple allemand «libéré» de la zone américaine. Il est certain que le peuple européen développera un grand amour et une grande appréciation pour les libérateurs.

Les bases de la paix de mille ans sont sûrement en train d'être jetées. Le capitalisme, dans son agonie, entraîne l'humanité dans l'abîme. Le capitalisme se manifeste chaque jour davantage, dans la soi-disant paix comme dans la guerre, comme l'ennemi du peuple. Bombardez le peuple à mort! Brûlez-les à mort avec des bombes incendiaires! Brisez leurs industries, et affamez-les à mort! Et si cela n'est pas assez horrible, alors faites-les sauter de la surface de la Terre avec des bombes atomiques! C'est le programme de libération du capitalisme.

Quel commentaire sur la nature réelle du capitalisme dans sa phase décadente! La conquête scientifique du merveilleux secret de l'énergie atomique, qui pourrait rationnellement être utilisée pour alléger le fardeau de toute l'humanité, est d'abord utilisée pour la destruction massive d'un demi-million de personnes.

Hiroshima, la première cible, avait une population de 340.000 personnes. Nagasaki, la deuxième cible, avait une population de 253.000 personnes. Un total dans les deux villes d'environ 600.000 personnes, dans des villes de construction fragile où, comme l'ont expliqué les journalistes, les maisons ont été construites toit contre toit. Combien de personnes ont été tuées? Combien de Japonais ont été détruits pour célébrer la découverte du secret de l'énergie atomique? D'après toutes les indications, d'après tous les rapports que nous avons reçus jusqu'à présent, ils ont presque tous été tués ou blessés. Presque tous.

Dans le Times d'aujourd'hui, un reportage de la radio de Tokyo sur Nagasaki affirme que «le centre de la ville, autrefois florissante, a été transformé en une vaste dévastation, ne laissant plus que des décombres à perte de vue.» Des photos montrant les dégâts causés par la bombe ont fait la une du journal japonais Mainichi. Le reportage dit: «Une de ces photos a révélé une scène tragique à 15 km du centre de l'attaque aérienne atomique», où des maisons de ferme ont été soit écrasées, soit les toits ont été déchirés. L'émission de radio cite un photographe de l'Institut photographique de Yamaha, qui s'était précipité en ville immédiatement après l'impact de la bombe, comme ayant dit: «Nagasaki est maintenant une ville morte, toutes les zones étant littéralement rasées. Il ne reste plus que quelques bâtiments, qui se dressent de manière visible sur les cendres.» Le photographe a déclaré que «le bilan de la population est lourd et que les quelques survivants n'ont pas échappé aux blessures.» Jusqu'à présent, la presse japonaise n'a cité qu'un seul survivant d'Hiroshima.

En deux coups calculés, avec deux bombes atomiques, l'impérialisme américain a tué ou blessé un demi-million d'êtres humains. Les jeunes et les vieux, les enfants au berceau, les personnes âgées et les infirmes, les jeunes mariés, les bien-portants et les malades, les hommes, les femmes et les enfants, tous ont dû mourir en deux coups à cause d'une querelle entre les impérialistes de Wall Street et un gang similaire au Japon.

Une guerre pour le profit

C'est ainsi que l'impérialisme américain apporte la civilisation en Orient. Quelle atrocité innommable! Quelle honte pour l'Amérique, elle qui avait jadis placé dans le port de New York une Statue de la Liberté éclairant le monde. Aujourd'hui, le monde recule devant son nom, horrifié. Même certains des prêcheurs qui ont béni la guerre ont été forcés de protester. L'un d'eux a déclaré dans une entrevue donnée à la presse: «L'Amérique a perdu sa position morale.» Sa position morale? Oui. Elle l'a bien perdue. C'est vrai. Et les monstres impérialistes qui ont lancé les bombes le savent. Mais regardez ce qu'ils ont gagné. Ils ont pris le contrôle des richesses illimitées de l'Orient. Ils ont gagné le pouvoir d'exploiter et d'asservir des centaines de millions de personnes en Extrême-Orient. Et c'est pour cela qu'ils sont partis en guerre, non pas pour une position morale, mais pour le profit.

Un autre prédicateur cité dans la presse, se souvenant d'un passage de la Bible sur le doux et humble Jésus, a déclaré qu'il serait désormais inutile d'envoyer des missionnaires en Extrême-Orient. Cela soulève une question très intéressante dont je suis sûr qu'ils discuteront entre eux. On peut imaginer une discussion intéressante dans les cercles internes de la famille Rockefeller et de la famille Morgan, qui sont à la fois, bien sûr par hasard, des piliers de la finance et des piliers de l'église, partisans d'entreprises missionnaires de toutes sortes. «Que ferons-nous des païens en Orient? Envoyons-nous des missionnaires pour les conduire au paradis chrétien, ou envoyons-nous des bombes atomiques pour les faire exploser en enfer? Il y a un sujet de débat, un débat sur un thème macabre. Mais en tout cas, vous pouvez être sûr que là où l'impérialisme américain est impliqué, l'enfer obtiendra de loin le plus grand nombre de clients.

L'impérialisme américain s'est attiré la peur et la haine du monde entier. L'impérialisme américain est aujourd'hui considéré dans le monde entier comme l'ennemi de l'humanité. La Première Guerre mondiale a fait 12 millions de morts. Douze millions de morts. La Seconde Guerre mondiale, un quart de siècle plus tard, a déjà coûté pas moins de 30 millions de morts; et il n'y en a pas moins de 30 millions de plus à mourir de faim avant que les résultats de la guerre ne soient totalisés.

Quelle moisson de mort le capitalisme a apportée au monde! Si les crânes de toutes les victimes pouvaient être rassemblés et empilés en une seule pyramide, quelle haute montagne cela ferait. Quel monument aux réalisations du capitalisme ce serait, et quel symbole approprié de ce qu'est réellement l'impérialisme capitaliste. Je crois qu'il ne manquerait qu'une chose pour que ce soit parfait. Ce serait un grand signe électrique sur la pyramide des crânes, proclamant la promesse ironique des Quatre Libertés. Les morts, au moins, sont à l'abri du besoin et de la peur. Mais les survivants vivent dans la faim et la terreur de l'avenir.

Qui a gagné la guerre qui a coûté plus de 30 millions de vies? Notre caricaturiste dans le Militant, avec une grande valeur artistique et une grande perspicacité, l'a expliqué en quelques coups de crayon quand elle a dessiné ce tableau du capitaliste avec les sacs d'argent à la main, se tenant sur le toit du monde avec un pied sur le cimetière et l'autre sur les villes détruites, avec la légende: «Le seul vainqueur». Le seul vainqueur est l'impérialisme américain et ses satellites dans d'autres pays.

Quelles sont les perspectives? Comment nos maîtres visualisent-ils l'avenir après cette grande réussite de la guerre de six ans?

Planifier une troisième guerre mondiale

Avant que la Seconde Guerre mondiale, avec toute son horreur et sa destruction de la vie humaine et de la culture humaine, ne soit officiellement terminée, ils pensent et planifient déjà la troisième.

Ne devons-nous pas arrêter ces fous et leur retirer le pouvoir? Peut-on douter que les peuples du monde entier pensent que ça ne peut pas aller beaucoup plus loin, qu'il doit y avoir un moyen de le changer? Il y a longtemps, les marxistes révolutionnaires ont dit que l'alternative qui se présentait à l'humanité était soit le socialisme, soit une nouvelle barbarie, que le capitalisme menaçait de tomber en ruine et d'entraîner la civilisation avec lui. Mais à la lumière de ce qui a été développé dans cette guerre et de ce qui est prévu pour l'avenir, je pense que nous pouvons dire maintenant que l'alternative peut être rendue encore plus précise: l'alternative à laquelle l'humanité est confrontée est le socialisme ou l'anéantissement! Le problème est de savoir si le capitalisme demeurera ou si la race humaine continuera à survivre sur cette planète.

Nous croyons que les peuples du monde se réveilleront face à cette terrible alternative et agiront à temps pour se sauver. Nous croyons qu'avant que l'impérialisme américain, le nouveau maître du monde, ait le temps de consolider ses victoires, il sera attaqué de deux côtés et vaincu. D'un côté, les peuples du monde, transformés en esclaves coloniaux de Wall Street, se rebelleront contre le maître impérialiste, tandis que les provinces conquises s'élèveront contre la Rome impériale. En même temps que ce soulèvement, et en coordonnant notre lutte avec lui, nous, le parti trotskyste, mènerons les travailleurs et les plébéiens d'Amérique dans une attaque révolutionnaire contre notre principal ennemi et le principal ennemi de l'humanité, les impérialistes des États-Unis.

Il y a cinq ans aujourd'hui, nous avons pour la première fois pleuré et commémoré notre grand homme d'idées, le camarade Trotsky. Aujourd'hui, alors que l'action révolutionnaire devient une nécessité de vie et de mort pour des centaines de millions de personnes, alors que nous nous préparons à passer des idées à l'action – à l'action guidée par les idées – nous commémorons Trotsky comme le grand homme d'action, l'organisateur des travailleurs, le leader des révolutions. C'est dans cet esprit que nous commémorons le camarade Trotsky ce soir.

Il nous a enjoint par-dessus tout de construire un parti. Et je répète encore une fois ce qu'il a dit: «Pas un parti comme les autres partis», mais un parti apte à mener une révolution, un parti qui ne tergiverse pas, qui ne fait pas la moitié du chemin, mais qui mène la lutte jusqu'au bout.

Si vous êtes sérieux, si vous êtes prêt à aller jusqu’au bout, si vous voulez prendre part à la lutte pour une vie meilleure pour vous-même et pour le salut de l'humanité, nous vous invitons à nous rejoindre dans ce parti et à prendre part à cette grande lutte.

Il n'y a pas de place pour les pessimistes ou les craintifs dans notre parti, pas de place pour les égoïstes, les carriéristes et les bureaucrates. Mais la porte est grande ouverte aux travailleurs résolus qui sont déterminés à changer le monde et prêts à s'engager sur cette question.

Trotsky nous a légué un grand héritage. Il nous a donné un grand système d'idées qui constituent notre programme. Et il nous a donné l'exemple d'un homme qui était un révolutionnaire modèle, qui a vécu et est mort pour la cause de l'humanité, et qui, surtout, a montré comment appliquer la théorie à l'action dans la plus grande révolution de l'histoire.

Avec cet héritage, nous sommes armés et blindés pour la lutte et la victoire. Tout ce dont nous, les disciples de Trotsky, avons besoin pour cette victoire, c'est de comprendre clairement ces idées, de les assimiler dans notre chair et notre sang, d'y être fidèles et, surtout, de les appliquer dans l'action.

Si nous faisons cela, nous pouvons construire un parti qu'aucune puissance sur Terre ne peut briser. Nous pouvons construire un parti capable de diriger les masses américaines – pour répondre au programme impérialiste de guerre contre les peuples du monde, par la révolution chez nous et la paix avec les peuples du monde.

(Article paru en anglais le 7 août 2020)