Vidéo de l’attaque policière sur Michel Zecler, producteur de musique, déclenche l’opposition en France et dans le monde

Par Will Morrow
1 décembre 2020

Une vidéo publiée jeudi sur la violente agression policière d’un producteur de musique dans le centre de Paris a suscité l’indignation en France et dans le monde.

La publication de la vidéo intervient trois jours après le déchaînement de la police sur la place de la République contre un campement de réfugiés pacifique, et alors que le gouvernement Macron fait adopter une loi visant à criminaliser tout enregistrement vidéo des actions des policiers. Publiée par la publication en ligne Loopsider, la vidéo de l’attaque a déjà été vue plus de 12 millions de fois.

La victime, Michel Zecler, retournait à son studio d’enregistrement dans le 17e arrondissement de la ville samedi soir dernier, juste après 19h30. Il est entré dans le bâtiment après avoir vu un groupe de policiers à proximité. Il ne portait pas de masque, ce qui est exigé par les restrictions de confinement. À l’insu de Michel, et sans aucun avertissement, la police est également entrée dans le studio et s’est approchée de lui par-derrière.

The video taken by a neighbour showing a group of police assaulting Michel on the street outside his studio

«Avant d’entendre un mot, j’ai ressenti des mains qui me poussaient, ou me tiraient … et puis ils me demandaient de sortir. J’ai dit que je suis chez moi.... Franchement ça va tellement vite que je me demande si c'est des vrais policiers, à ce moment-là.» Un des policiers était en civil. Les événements ont été filmés par la caméra de surveillance du studio. Les policiers sont entrés dans la pièce avec Michel, ont fermé la porte derrière eux et l’ont battu pendant plusieurs minutes. Il a reçu une douzaine de coups de pied, vingt coups de poing et quinze coups de matraque, principalement au visage et au crâne.

«Vu la violence, je me dis que si je tombe par terre je vais rester par terre,» a expliqué Michel, qui s’est présenté publiquement aux médias, à Loopside. À aucun moment dans la vidéo, il n’offre de résistance. Michel, qui est noir, a déclaré que les officiers l’ont insulté à plusieurs reprises, le traitant de “sale nègre”. L’attaque ne s’est arrêtée que lorsqu’un groupe d’adolescents musiciens qui se trouvaient dans le studio d’enregistrement à l’étage inférieur a réussi à entrer de force dans la pièce, provoquant la fuite des policiers à l’extérieur. «Il y a des gamins de 16 ans,» a déclaré Michel. «Ils m'ont demandé ce qui se passait et j'ai dit que je ne sais rien. Je suis en sang.» Les policiers ont alors brisé une fenêtre et jeté une cartouche de gaz lacrymogène dans la pièce. «Je me dis que c’est mon dernier jour aujourd'hui.»

Une deuxième vidéo de la rue, tournée d’en haut par les voisins, montre un groupe d’au moins sept policiers blottis autour de l’entrée du bâtiment alors que Michel s’en va. Deux d’entre eux pointent sur lui ce qui semble être des armes à feu. Lorsqu’il sort dans la rue, les policiers l’encerclent et le battent de tous les côtés. Deux policiers sont entrés pour trouver le jeune, qui s’était caché des gaz lacrymogènes. «On me frappait, frappait, frappait,» a déclaré l’un d’entre eux à Loopsider. «Puis j'ai entendu ‘Caméra, caméra!’ C’est les personnes qui les filmaient. Dès que j'ai entendu, caméra, caméra, ils ont arrêté de frapper.»

Michel a ensuite été amené au bureau de police local, où les officiers, inconscients des images de la caméra de surveillance, ont porté contre lui de fausses accusations de rébellion, affirmant qu’il les avait «traînés» dans son studio, les avait attaqués et avait pris leurs armes. Il a été placé en détention pendant 48 heures. Les accusations n’ont été abandonnées que lorsque la vidéo a été montrée à la police.

Le producteur de musique identifié uniquement par son prénom, Michel, est photographié lors d’une conférence de presse à Paris. (Source: capture d’écran)

«Sans ces images-là, moi je suis en prison aujourd’hui,» a dit Michel. «Je suis en prison et mes proches, mes amis, les gens que j'aime, auraient pensé que, comme disent les policiers dans leur déclaration, que j'ai voulu prendre leur arme, que leur ai donné des coups…» Comme ses commentaires le montrent clairement, le dernier incident de violence policière n’a rien de particulièrement unique. S’il n’avait pas été filmé, Michel aurait été comme d’innombrables autres victimes d’agressions policières dont les déclarations sont démenties par la police elle-même.

Le gouvernement Macron, craignant une explosion de l’opposition dans la population, a publié vendredi une déclaration cynique selon laquelle le président était “choqué” lorsqu’il a vu les vidéos. Il aurait demandé un rapport au ministre de l’Intérieur Gerald Darmanin. Les trois policiers ont été suspendus, et Darmanin a déclaré qu’il allait exiger leur licenciement. Une autre enquête policière interne, qui aboutit invariablement à innocenter les agents de tout méfait, a également été annoncée pour l’agression policière de lundi sur la Place de la République.

Derrière ces déclarations creuses, Macron, qui a salué le dictateur fasciste Pétain comme un «grand soldat» en 2018, construit rapidement un État policier autoritaire, et s’efforce d’accorder à la police l’impunité pour ses violences contre la population. L’agression de Michel n’a fait que souligner l’importance de la loi de «sécurité globale» du gouvernement, adoptée par l’Assemblée nationale lundi, qui criminalise le fait de filmer la police dans des lieux publics, sur la base de critères subjectifs selon lesquels la police craint d’être physiquement ou psychologiquement blessée par la vidéo.

Le gouvernement tente maintenant de contrer l’opposition massive à la loi en annonçant qu’il a nommé une commission spéciale pour «réécrire» l’article 24 concerné avant que la loi ne soit soumise au Sénat en janvier. Une manifestation contre la loi a été interdite aujourd’hui par la police, mais l’interdiction a été annulée par le tribunal administratif la nuit dernière, ce qui a permis à la protestation de se poursuivre.

Les derniers outrages de la police et la loi du gouvernement ont été critiqués par le Parti socialiste, la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon et les Verts. Tous ces partis soutiennent la mise en place d’un État policier en France, après avoir soutenu l’état d’urgence de deux ans imposé sous le gouvernement du Parti socialiste de François Hollande.

Ils craignent que le virage ouvert de Macron vers une dictature ne déclenche une explosion de l’opposition de la classe ouvrière. Exprimant ces craintes, Le Monde a publié hier un éditorial intitulé «Police: Une grave crise de commandement», qui met en garde: «Gérald Darmanin, choisi par le président de la République pour séduire les électeurs conservateurs, menace d’entraîner le pays dans une spirale de désordres terriblement dangereuse, aggravée par les multiples tensions liées au confinement.»

L’éditorial présente absurdement la violence policière comme un problème de «commandement», et sa proposition revient à demander le remplacement de l’organisation de contrôle interne de la police «par une instance d’inspection réellement indépendante.»

En réalité, la volonté de Macron de créer un État policier s’inscrit dans le cadre d’un virage vers des formes autoritaires de gouvernement par les gouvernements capitalistes du monde entier. Elle est motivée par l’énorme croissance des inégalités sociales qui a été intensifiée par la pandémie de coronavirus et les préparatifs de la classe dirigeante pour réprimer brutalement l’opposition de la classe ouvrière. Au cours des deux dernières années, la police de Macron a battu des milliers de manifestants en «gilet jaune» et d’ouvriers en grève, a tiré sur des dizaines d’yeux avec des balles en caoutchouc et a fait exploser des mains avec des grenades paralysantes.

Le fait que cette répression ait été dirigée contre l’ensemble de la classe ouvrière démontre que la violence policière est fondamentalement un produit de l’oppression de classe, et non d’une oppression raciale.

La dernière agression contre Michel semble avoir été motivée, au moins en partie, par le racisme, qui est délibérément cultivé dans les forces de police par la classe dirigeante, où il existe une forte base de soutien à la droite néo-fasciste. La culture de la police fasciste vise à garantir que ces forces sont capables de violence brutale contre l’ensemble de la population active.

De plus, d’innombrables incidents similaires ont eu lieu contre des travailleurs de toutes les ethnies. Le 3 janvier, la police a tué Cédric Chouviat, un chauffeur de livraison blanc, lors d’un contrôle routier, en s’agenouillant sur lui alors qu’il criait “J’étouffe” – la même phrase utilisée par George Floyd avant qu’il ne soit tué par la police au début de cette année aux États-Unis. En juin, Farida, une travailleuse sanitaire blanche d’origine arabe, a été filmée en train d’être violemment agressée par la police lors d’une manifestation réclamant une amélioration du financement de la santé.

(Article paru en anglais le 27 novembre 2020)