Le gouvernement de l'Alberta prévoit des hôpitaux de campagne tandis qu’il permet aux infections à la COVID-19 de se propager

Par Laurent Lafrance
10 décembre 2020

La pandémie de COVID-19 est en train de devenir incontrôlable dans tout le Canada. La moyenne quotidienne de 7 jours des nouvelles infections a dépassé 6000 par jour depuis le 2 décembre, et 5000 par jour depuis le 23 novembre. Les décès ont également augmenté, passant de quelques dizaines ou moins par jour au début du mois d'octobre à près de 100 par jour au cours des cinq premiers jours de ce mois.

La situation est particulièrement grave en Alberta, où les politiques criminelles du gouvernement ultraconservateur de Jason Kenney, le Parti conservateur unifié (UCP), ont conduit, comme les professionnels de la santé l'avaient depuis longtemps prévenu, à une dangereuse augmentation des infections. Avec une population de seulement 4,4 millions d'habitants, la province enregistre régulièrement plus de 1500 nouvelles infections à la COVID-19 par jour et, samedi, a établi un record quotidien de 1879 nouveaux cas.

Entre le 2 novembre et le 2 décembre, le nombre total de cas en Alberta a plus que doublé, passant de 27.644 à 61.169. L'Alberta compte désormais plus de 18.000 cas actifs de COVID-19, soit plus que l'Ontario, dont la population est trois fois plus importante, et le Québec, dont la population est presque du double de celle de l'Alberta. Avec un taux d'infections actives bien supérieur à 300 pour 100.000 personnes, l'Alberta a de loin le taux d'infection provincial le plus élevé.

«The Ledge», le bâtiment de la législature albertaine à Edmonton (Photo: Kenneth Hynek/Wikipedia)

Tous ces chiffres sous-estiment toutefois sérieusement la gravité de la situation actuelle, puisqu'au moins 85 % des nouvelles infections ne peuvent plus être retracées, en raison de l'effondrement du système de recherche des contacts de la province.

Pendant des mois, Kenney a fait la sourde oreille aux avertissements répétés des professionnels de la santé et des scientifiques selon lesquels le système de santé risquait d'être débordé et que des mesures de santé publique strictes devaient être imposées pour éviter des décès à grande échelle. En juin encore, le premier ministre albertain comparait le virus, qui a fait plus de 1,5 million de morts dans le monde, à la grippe.

En raison du refus de son gouvernement de mettre en œuvre des mesures de confinement, alors même que le nombre de cas a explosé au cours des six dernières semaines, le système de santé de l'Alberta est aujourd'hui en train de céder. Alors que seulement 70 lits de soins intensifs ont été réservés pour les patients atteints de COVID-19, il y avait 97 personnes infectées par le nouveau coronavirus dans les unités de soins intensifs mercredi. La province a déjà pris la décision de placer certains patients dans des chambres de l'USI. Mais le pire est à venir.

Soulignant que Kenney est bien conscient depuis un certain temps que les hospitalisations dépasseront de loin la capacité du système de santé albertain, la CBC a rapporté la semaine dernière que son gouvernement a envoyé une demande au gouvernement fédéral et à la Croix-Rouge le 28 novembre pour la mise en place d'hôpitaux de campagne pour traiter 750 patients atteints de COVID-19. Selon le plan, envoyé le 28 novembre mais clairement développé bien avant, deux ou plusieurs établissements seront mis en place, avec au moins 375 lits chacun, à Calgary et à Edmonton pour les patients présentant des symptômes légers à modérés. Les patients nécessitant des soins intensifs devront rester dans les hôpitaux de la ville. Toutefois, étant donné que les hôpitaux sont déjà débordés, les patients nécessitant des soins intensifs se retrouveront probablement dans ces établissements temporaires également. Les experts de la santé soulignent déjà le défi que représente la fourniture d'oxygène aux patients dans des établissements qui ne sont pas conçus pour cette procédure.

Le document indique également que l'armée pourrait être appelée à aider à la dotation en personnel en raison de la pénurie chronique de personnel. Ces pénuries sont le résultat de décennies de suppressions d'emplois et du grand nombre de travailleurs de la santé qui ont été infectés faute d'équipements de protection individuelle (EPI) appropriés.

Le projet d'hôpitaux de campagne, similaire à ce que l'on pourrait observer dans une zone de guerre, est une indication claire de l'incapacité du gouvernement albertain à gérer la pandémie. Kenney, cependant, a refusé de l'admettre, déclarant lors d'une conférence de presse: «Non, je pense que c'est un signe de planification responsable de notre part pour [un] scénario extrême qui pourrait survenir».

Comme ses homologues provinciaux de droite, tels que François Legault au Québec et Doug Ford en Ontario, le premier ministre Kenney a toujours minimisé le risque posé par la pandémie. Le gouvernement UCP, cependant, s'est distingué comme le plus irresponsable de tous dans son opposition à la fermeture de toute production non essentielle et de l'apprentissage scolaire, même s'il savait très bien que cela entraînerait des infections et des décès en masse. Kenny a ouvertement fait l'éloge des panacées promues par Trump et l'extrême droite aux États-Unis et au Canada, selon lesquelles les fermetures constituent une «invasion massive de l'exercice des droits fondamentaux des gens».

Le gouvernement a rejeté, et continue de rejeter, de sérieuses mesures de confinement. Il a attendu jusqu'au 24 novembre pour imposer les mesures limitées de distanciation sociale que même les gouvernements de droite propatronaux du Québec et de l'Ontario ont imposées il y a quelques semaines. Pendant ce temps, les écoles primaires restent ouvertes, ainsi que les restaurants, les bars, les casinos, les gymnases et de nombreux magasins. Les exploitations pétrolières des sables bitumineux de l'Alberta et la plupart des autres lieux de travail industriels, y compris les usines de conditionnement de la viande, sont restés largement ouverts tout au long de la pandémie, même au milieu d'importantes épidémies locales.

Mike Parker, président de l'Association des sciences de la santé de l'Alberta, qui représente 27.000 travailleurs de la santé dans la province, a dénoncé Kenney pour avoir mis la vie des Albertains «en grand danger», et a déclaré que les mesures de son gouvernement étaient «inadéquates». Parker fait partie des 400 médecins et experts en politique de santé qui ont signé une lettre adressée au premier ministre le mois dernier pour demander des mesures plus strictes et des congés maladie payés obligatoires.

Alors que le gouvernement Kenney a été le plus virulent dans son refus d'adopter des mesures pour contenir la pandémie, la politique consistant à laisser le virus se propager est approuvée par l'ensemble de l'establishment politique au Canada. Les gouvernements de toutes les tendances politiques, de celui formé par l'UCP de Kenney au gouvernement du Parti néo-démocrate de la Colombie-Britannique, ont tous adopté le concept criminel d'«immunité collective» qui donne la priorité aux profits sur les vies humaines. Cette démarche est menée par le gouvernement fédéral libéral de Trudeau, qui a déclaré en septembre que les nouvelles restrictions de COVID-19 devraient être «à court terme» et mises en œuvre au «niveau local».

Comme les gouvernements du monde entier, l'UCP de Kenney utilise la pandémie pour intensifier l'attaque contre la classe ouvrière en mettant en œuvre son programme de longue date de privatisation et de réduction de l'impôt sur les sociétés pour les riches et d'austérité pour les travailleurs. La classe dirigeante est déterminée à faire payer aux travailleurs les centaines de milliards de dollars que le gouvernement Trudeau a canalisés vers les banques, les grandes entreprises et les investisseurs en mars dernier par ses mesures de sauvetage.

La criminalité du gouvernement albertain est soulignée par l'annonce faite en octobre qu'il supprimera plus de 10.000 emplois dans le secteur de la santé par le biais de l'externalisation et de la suppression d'emplois. Cette annonce a déclenché une révolte des travailleurs, des milliers d'employés d'hôpitaux et d'autres établissements de santé de toute l'Alberta ayant participé à une grève sauvage à la fin du mois d'octobre. L'Alberta Union of Provincial Employees (AUPE) a refusé de défendre les travailleurs contre un ordre draconien de retour au travail donné par le conseil provincial des relations de travail et a assumé la responsabilité de forcer les grévistes à reprendre le travail.

La principale préoccupation des syndicats est de bloquer toute lutte indépendante des travailleurs contre les politiques criminelles de l'élite au pouvoir. Cela a été souligné le mois dernier lorsque la Fédération du travail de l'Alberta (AFL) et divers affiliés de l'AFL ont publié une longue déclaration contenant diverses propositions pour freiner la propagation de la COVID-19, y compris un confinement de deux à trois semaines pour freiner la propagation. La résolution a été poliment adressée au gouvernement Kenney, c'est-à-dire le même gouvernement qui a laissé le virus se propager sur les lieux de travail et dans les écoles, et qui propose maintenant de créer des hôpitaux de campagne pour faire face aux dommages «collatéraux» de sa volonté de maintenir l'économie «ouverte». La déclaration syndicale ne contenait pas une seule proposition, et encore moins un seul appel aux travailleurs pour qu'ils luttent contre la pandémie.

Pour protéger leur vie et leurs moyens de subsistance, les travailleurs ont besoin de nouvelles organisations politiques de lutte organisées indépendamment des syndicats corporatistes et en opposition à eux. Des comités de sécurité de la base doivent être créés sur chaque lieu de travail, dans chaque école et dans chaque quartier pour lancer une contre-offensive dirigée par les travailleurs et visant à arrêter toute production non essentielle, avec une indemnisation complète de tous les travailleurs jusqu'à ce que la pandémie soit maîtrisée.

Il existe de vastes ressources pour lutter contre la pandémie et fournir des soins de santé et une sécurité financière à chaque famille de travailleurs, mais elles sont monopolisées par les super-riches. En opposition aux affirmations de Kenney et compagnie selon lesquelles les travailleurs doivent choisir entre travailler dans des conditions dangereuses ou faire face à l'appauvrissement, la classe ouvrière doit engager une lutte politique pour saisir les gains mal acquis de l'oligarchie capitaliste et les déployer pour répondre aux besoins sociaux, avant tout la fourniture de soins de santé de haute qualité et la sécurité financière pour tous.

(Article paru en anglais le 6 décembre 2020)

Trudeau nomme un chef de l’armée pour diriger le déploiement du vaccin contre la COVID-19 au Canada

7 décembre 2020

Qui porte la responsabilité de la gestion catastrophique de la pandémie de COVID-19 par l'élite dirigeante canadienne?

3 novembre 2020