La Suède voit le taux d'occupation des USI approcher 99 pour cent à Stockholm

Par Benjamin Mateus
12 décembre 2020

L' «expérience» suédoise pour permettre au virus de se répandre s'est avérée être un désastre total. Les unités de soins intensifs de Stockholm ont presque atteint leur capacité alors que le nombre de morts augmente sans relâche.

Le monde a maintenant enregistré plus de 70 millions de cas d'infections au COVID-19 et près de 1,6 million de personnes sont décédées. Bien que la moyenne sur sept jours ait brièvement atteint un plateau pour les nouveaux cas à 623.488 infections par jour et les décès à 10.862 par jour, la flambée actuelle qui traverse l'Europe et l'Amérique du Nord est encore vigoureuse alors que les mesures de confinement modérées tentent de ne pas endiguer le virus, mais les dommages économiques causés par la pandémie.

Une grande partie de l'attention s'est tournée vers les événements aux États-Unis, avec des décès dépassant maintenant les 3.000 par jour. La moyenne sur sept jours a également dépassé 213.000 cas, tandis que le nombre d'hospitalisations pour COVID-19 approche les 110.000. Pourtant, l'establishment politique s'est lavé les mains de toute responsabilité de contenir la pandémie.

Pourtant, la situation de la Suède en ce qui concerne la poussée hivernale n'est pas meilleure qu'aux États-Unis. Par habitant, les courbes des nouveaux cas, des décès et du taux de positivité se ressemblent sinistrement, soulignant les politiques criminelles des deux pays visant à laisser le virus sévir.

Le nombre de cas par habitant en Suède/Etats-Unis

La Suède, un pays comptant un peu plus de 10 millions d'habitants, a documenté 312.000 cas de COVID-19, soit plus de 3 pour cent de la population. Les 200.000 derniers cas se sont produits au cours des deux derniers mois seulement, alors que l’éruption a complètement dévasté la nation scandinave. Il y a également eu 7.200 décès depuis le début de la pandémie, 1.200 le mois dernier seulement, et ce chiffre s'accélère à la hausse.

Mercredi, le journal suédois Aftonbladet arapporté que les unités de soins intensifs des hôpitaux de Stockholm avaient atteint 99 pour cent de leur capacité, car un afflux de nouveaux patients mardi a rapidement rempli les lits. Une poignée de lits de soins intensifs sont disponibles dans une ville d'un million d'habitants.

Bjorn Eriksson, directeur de la santé à Stockholm, a expliqué lors d'une conférence de presse que la situation est assez grave: «Nous avons mobilisé tout ce que nous pouvions et engagé tout ce que nous avions afin d’assurer que chacun reçoive les soins dont il a besoin. Nous devons maintenant continuer à faire de notre mieux, tous les acteurs de la société dans son ensemble, pour offrir une résistance au virus et à la pandémie». Changez uniquement les noms de la ville et du pays, et c'est de plus en plus la situation dans toute l'Europe.

L'unité de soins intensifs est le dernier filet de sécurité pour les patients atteints d'infections critiques au COVID-19, qui doivent se battre pour leur vie. L'oxygène salvateur, la dexaméthasone et divers agents thérapeutiques ne sont que quelques armes de l'arsenal nécessaire pour combattre l'infection et ses sinistres manifestations. Les médecins et les infirmières doivent porter une attention particulière aux signes vitaux et aux résultats de laboratoire, à la recherche de changements subtils dans la physiologie du patient. Lorsque ces capacités, en particulier celles de l'équipe de soins intensifs, atteignent leur limite, la situation commence à changer rapidement pour le pire.

Décès par habitant en Suède/Etats-Unis

Selon Bjorn Persson, directeur des opérations de l'unité de soins intensifs, les ajustements aux ratios infirmière-patient ont été maximisés à l'hôpital universitaire de Karolinska. Les temps de travail du personnel ont été allongés ou le personnel est retenu après leur quart de travail pour combler les pénuries. Eriksson a ajouté: «C'était exactement ce développement que nous ne voulions pas voir. Cela montre que nous, Stockholmois, avons été trop surpeuplés et avons eu trop de contacts en dehors des ménages où nous vivons. Les soins de santé ne sont pas tellement sous pression au point qu'il n'y a pas de marges importantes dans le système de santé. »

Depuis que les cas ont commencé à augmenter à la fin du mois de septembre, la Suède est passée à la mise en œuvre de restrictions fragmentaires. Le 20 novembre, les bars et les restaurants ont été interdits de vendre de l'alcool après 22 heures. Cinq des 21 régions du pays ont été soumises à des directives plus strictes, encourageant spécifiquement la distanciation sociale. Les rassemblements intérieurs et extérieurs ont été limités à huit, contre 50. Des mesures supplémentaires comprenaient des mises en garde de santé publique contre la participation à des fêtes, en évitant les rassemblements à l'intérieur et en n'utilisant pas les transports en commun si nécessaire. Pourtant, ces mesures n'ont guère contribué à freiner la flambée.

Le 22 novembre, un Premier ministre ému, Stefan Löfven, s'est adressé à la nation au sujet de la pandémie, en disant: «Il est clair qu'il faudra du temps avant que nous puissions revenir à la normale. Le petit répit que nous avons eu cet été et cet automne est vraiment terminé. Nous sommes en novembre maintenant. La santé et la vie des gens sont toujours en danger. Et le danger augmente. »

Face à leur situation actuelle, l'Agence suédoise de la santé continue de rejeter les masques faciaux malgré les recommandations récemment élargies de l'Organisation mondiale de la santé pour leur utilisation, citant des «preuves médiocres» de leur efficacité et craignant que les gens les utilisent pour éviter de s'isoler.

Epidémiologiste en chef de l’Etat Anders Tegnell (source: Wikipedia)

«Des masques faciaux peuvent être nécessaires dans certaines situations. Ces situations ne se sont pas encore produites en Suède, selon notre dialogue avec les régions [de santé]», a déclaré Anders Tegnell, l'épidémiologiste en chef du gouvernement. Tegnell avait approuvé la politique mortifère de l'immunité collective sous le prétexte trompeur que cela impliquerait une «protection ciblée» censée protéger les plus vulnérables de la société. Les jeunes et gens en bonne santé devaient être infectés en nombre suffisant pour établir une immunité à grande échelle au sein de la communauté tandis que les personnes âgées restaient isolées pour éviter l'infection. Pourtant, la moitié des décès en Suède au printemps se sont produits dans des foyers d’accueil de longue durée.

Au contraire, de nombreux scientifiques ont critiqué l'approche de l'Agence de la santé. Anders Vahlne, professeur de virologie à l'Institut Karolinska, a déclaré: «Ils n'ont pas essayé de sauver leur vie. Ils avaient peur que les unités de soins intensifs soient débordées et qu’ils ne pouvaient pas s’occuper des jeunes. Et donc, ils sélectionnaient [les patients], un peu trop durement, je pense.»

Piotr Nowak, un médecin travaillant à Karolinska avec des patients atteints de COVID, a déclaré: «Les autorités ont choisi une stratégie totalement différente du reste de l'Europe, et à cause de cela, le pays a beaucoup souffert lors de la première vague. Nous n'avons aucune idée pour expliquer comment ils ont été incapables de prévoir la deuxième vague.» Il a expliqué que la communauté de la santé dans son ensemble ne partageait pas «l'optimisme» déplacé de l'agence de santé publique.