"Je suis avec Mme Jones et j'appelle les autres à être solidaires avec elle"

Déclarations de soutien de partout aux États-Unis à la lanceuse d'alerte au COVID-19 Rebeka Jones

Par Chase Lawrence
16 décembre 2020

Le WSWS publie des déclarations de soutien à l'analyste des données et lanceuse d'alerte sur le COVID-19 Rebekah Jones, dont le domicile en Floride a été perquisitionné la semaine dernière en réponse à ses efforts pour révéler l'étendue de la propagation de la pandémie en Floride et dans les écoles dans tous les États-Unis. Nous exhortons nos lecteurs à envoyer des messages de soutien à Jones dès aujourd'hui.

Nous aidons également les enseignants, les éducateurs, les parents, les élèves et toute la classe ouvrière à former des comités de sécurité de la base pour assurer la fermeture des écoles et des entreprises non essentielles afin d'arrêter la propagation de la pandémie. Tous ceux qui souhaitent participer à la lutte pour la fermeture des écoles et en faveur d’un enseignement en ligne entièrement financé par le gouvernement devraient s'inscrire aujourd'hui à wsws.org/ edsafety .

Dans la semaine qui a suivi la perquisition de son domicile et la saisie de ses appareils électroniques par la police de l'État de Floride, Rebekah Jones a continué de mettre à jour les chiffres sur The COVID Monitor, l'outil de veille le plus complet des épidémies de COVID-19 dans les écoles primaires et secondaires aux États-Unis. Au cours de la seule semaine écoulée, l'outil de veille a enregistré 105 329 cas supplémentaires parmi les élèves et le personnel scolaire, démasquant le mensonge colporté par les syndicats et les démocrates selon lequel il peut y avoir une «réouverture en toute sécurité» des écoles.

Tweet de Rebekah Jones le 13 décembre

Le 13 décembre, Jones a publié une déclaration ferme sur Twitter, disant à juste titre: "La vérité arme le peuple contre ceux qui cherchent à les opprimer tous les deux". Jones a riposté contre les faux récits selon lesquels les écoles étaient sûres, l'une de ses plus grandes contributions étant la mise à jour sans relâche du COVID Monitor.

Si c’est le gouverneur républicain et acolyte de Trump Ron DeSantis qui a supervisé le raid fascisant sur la maison de Jones – au cours duquel des agents ont pointé des armes sur elle et ses enfants – aucune partie de l'establishment politique n'a défendu Jones. Le nouveau gouvernement Biden n'a rien dit sur cette attaque brutale des droits démocratiques, tandis que le New York Times, le porte-parole du Parti démocrate a calomnié Jones, s’efforçant de discréditer son travail en révélant les dangers de la réouverture des écoles, que le Times soutient pleinement.

En opposition à la vision anti-démocratique des démocrates et des républicains et au lâche silence de la pseudo-gauche, le Parti de l'égalité socialiste a fermement condamné ces mesures d'Etat policier

En réponse à cette attaque flagrante contre les droits démocratiques il y eut une vague de soutien (dont des exemples peuvent être lus ici ) de la part d’enseignants, de scientifiques et d'autres travailleurs pour défendre Jones et les droits des lanceurs d'alerte.

Un travailleur de Floride qui souhaitait rester anonyme a dit au WSWS: "L'invasion de la maison de Rebekah Jones est assez inquiétante. Une vidéo enregistrée par la police montre quatre policiers armés, l'un avec une masse prêt à enfoncer la porte et un autre pointant une arme vers la fenêtre avant. À aucun moment de la vidéo, un mandat de perquisition n'est présenté à Mme Jones. Son contact avec le pouvoir de l’État donne à fort réfléchir."

Joshua

Joshua, employé de bureau d'une société de stationnement à Riverside, en Californie, a déclaré à propos des attaques contre Jones: "Le raid de la police sur l'analyste de données COVID-19 Rebekah Jones est un acte de répression politique et une atteinte à la liberté d'expression et au droit de publier des informations.

"Elle a été licenciée par le gouverneur de Floride Ron DeSantis pour avoir refusé de minimiser la gravité du virus, alors elle a décidé de créer sa propre base de données COVID-19 afin d'avertir le public avec des informations précises et fiables. C'est pour cette raison qu'elle a été la cible d'une violente répression d'Etat policier."

Joshua fait remarquer que "Rebekah Jones est une héroïne pour avoir fait ce qui est juste pour sa communauté. Le gouverneur DeSantis, le juge Joshua Hawkes qui a signé le mandat de perquisition et le service de police de l'État de Floride doivent rendre compte de leur corruption et de leur manqements. Mme Jones et d'autres comme elle doivent être protégés face à cette intimidation et ce harcèlement de type fasciste de la part du lâche gouverneur de Floride et de ses voyous.

"Ici, dans le sud de la Californie, la pandémie de COVID-19 est en train de devenir incontrôlable, et les dirigeants démocrates n'ont rien fait pour lutter efficacement contre le virus. Tout récemment, dans ma région, le shérif du comté de Riverside, Chad Bianco, a publié une déclaration selon laquelle il n'appliquerait pas les ordonnances d'isolement à la maison et de confinement, au motif que le port de masques 'ne fonctionne sans doute pas' et que 'les paramètres utilisés pour les fermetures sont incroyablement défectueux' et 'non représentatifs des vrais chiffres'. Il n'a pas pris la peine de s'expliquer ni de donner la moindre preuve. Le shérif Bianco, qui est un fervent partisan de Trump, est le même type de policier qui serait volontiers descendu au domicile de Rebekah Jones et de sa famille pointant son arme pour avoir préconisé la fermeture des écoles et des lieux de travail."

Joshua a pointé les parallèles entre l'attaque contre Jones et d'autres lanceurs d'alerte, commentant: "Le raid de la police au domicile de Rebekah Jones est vil et alarmant et rappelle comment Julian Assange et Edward Snowden ont été pris pour cibles pour avoir averti le public des crimes du gouvernement. Je suis avec Mme Jones et j'appelle les autres à se montrer solidaires avec elle, et à s'opposer à l'ouverture meurtrière des écoles et des lieux de travail pour arrêter la propagation du virus et sauver des vies."

Ricardo

Ricardo, un enseignant de cinquième année (CM2) au Los Angeles Unified School District, a déclaré: "Il est très clair pourquoi Rebekah Jones a été ciblée par le larbin de Trump DeSantis. Elle a dénoncé les responsables de la Floride pour l'avoir incitée à manipuler les données sur le COVID-19. Trump a fait la même chose avec les Centres de contrôle et de prévention de la maladie, ce qui les a amenés à modifier leurs directives afin de les aligner sur les messages de Trump.

"La classe dirigeante cherche désespérément à éliminer toute résistance à sa campagne de réouverture de l'économie pour permettre aux profits patronaux de reprendre et aux inégalités de richesse de continuer à grandir. Jones a refusé de manipuler les données et a donc été renvoyée. Jones est une héroïne!

"Ironiquement, elle est accusée d'avoir piraté la messagerie d'urgence de la Floride pour encourager les gens à s'exprimer. C'est orwellien que de nos jours, les héros qui défendent le peuple sont considérés comme des ennemis de l'État et punis."

Commentant la réponse nécessaire des travailleurs à cette attaque des droits démocratiques, Ricardo a déclaré: "Il faut résister à la campagne de réouverture des écoles jusqu'à ce que ce soit sûr de le faire. Nous ne pouvons pas croire que les politiciens ne mentiront pas et ne manipuleront pas les données pour étayer leurs déclarations frauduleuses afin d'augmenter les profits des grandes entreprises. Soutenez Rebekah Jones!"

"C'est horrible de voir comment la police est descendue chez elle et a confisqué tous ses appareils électroniques et disques durs pour récupérer tous ses contacts, qui vont maintenant être menacés. C'est horrible, mais en fait pas surprenant. Le WSWS a mis en garde contre la manière dont le gouvernement tentait de supprimer toute information réelle sur le virus. Ils suppriment délibérément des informations.

"Biden s'engage à garder les écoles ouvertes, en particulier pendant ses 100 premiers jours. Il n'est qu'une autre version de Trump, tout cela pour que la machine à profit puisse continuer à fonctionner. Regardez les choix du cabinet de Biden. Ce qui importe dans cette tromperie – sans jeu de mots – c'est le fait qu'il n'y ait pas de diversité de pensée, pas de diversité des idées. Ils sont tous comme des clones de va-t-en-guerre, de patrons, rien à voir avec les travailleurs."

Harley , un enseignant d’Oakland, a déclaré: "Les enseignants se battent contre les tentatives irresponsables, anti-scientifiques et anti-travailleurs des politiciens de rouvrir les campus pendant cette pandémie mortelle. Nous ne pouvons pas gagner ce combat sans que des gens comme Rebekah Jones recueillent les données et disent la vérité sur le COVID-19. Nous lui en sommes redevables et nous lutterons pour la défendre contre de nouvelles violences d’État."

Andrea

Andrea, une enseignante de Brooklyn (New York), a fait le lien entre le travail de Jones et le programme de tests lamentable mis en œuvre à New York pour justifier la réouverture des écoles. Ce programme de test a été vanté par la Fédération unie des enseignants (UFT), qui a été l'allié clé du maire démocrate Bill de Blasio pour faire appliquer la réouverture des écoles.

“Les travailleurs de New York et les enseignants de l'UFT” a-t-elle déclaré, “se sont vus promettre un programme de test et de traçage robuste. Cela faisait partie de notre accord initial lorsque nous sommes retournés à l'école en septembre. La réalité est que l'organisation des tests et du traçage a été incohérente et laborieuse, et parfois inexistante. Les enseignants ont peut-être attendu deux, trois jours, jusqu'à cinq ou six jours pour la recherche des contacts, sachant qu'ils avaient été exposés à quelqu'un dans le bâtiment et qu'ils n’étaient toujours pas informés.

"Il y a là un problème de sécurité. Et il y a un sentiment général qu’il est dangereux de s'exprimer. Vous risquez votre travail et votre réputation. Vous ne voulez pas dénoncer votre école ou parler de ce à quoi vous êtes confronté."

"Alors j'applaudis Rebekah et ce qu'elle fait, et ce qu'elle continue de faire, parce qu'elle met la santé et la sécurité des personnes avant la sienne. C'est une chose très courageuse et honorable à faire. Ce qu'elle a vécu, personne ne devrait avoir à le vivre pour avoir simplement dit la vérité. Elle a été ciblée de manière absolument injuste."

Andrea a exprimé un manque de confiance quant à l'intention du syndicat UFT de venir à la défense de n'importe quel lanceur d'alerte, déclarant: "Les gens réfléchissent toujours aux répercussions s'ils dénonçaient des faits. Malheureusement, les syndicats ne sont peut-être pas aussi forts qu'ils l'étaient, ou peut-être sont-ils simplement complices du pouvoir en place."

"Micheal Mulgrew, le chef de l'UFT, a été plus aligné sur le maire et sa politique. Les choses qu'il a promises aux enseignants et aux assistants de l'éducation pour notre cadre de travail et notre sécurité n'ont pas été respectées."

"Si je voyais quelque chose qui ne va pas et si je parlais, je me demande dans quelle mesure ma représentation par l’UFT me soutiendrait alors qu'ils ont déjà accepté la ligne du maire et la réouverture des écoles et tout l'ordre du jour que le maire a proposé."

(Article paru en anglais le 15 décembre 2020)